Actualités

  • 16
  • Fév
  • 2018

Les chiffres clés...

Lucile

En janvier dernier, le SRI (Syndicat des Régies Internet), PwC (PricewaterhouseCoopers, entreprise spécialisée dans les audits) et l’UDECAM (l’Union Des Entreprises de Conseil et Achat Média) nous livraient les résultats de la 19ème édition de l’observatoire de l’e-pub pour l’année 2017.

L’agence Pulsi vous livre les chiffres clés à retenir sur le marché de la publicité online

Il faut savoir que le marché de la publicité web est en forte hausse, principalement grâce au réseau Search de Google et également grâce aux réseaux sociaux.

  • Montant du marché global de la publicité digitale en France en 2017 : 4,1 milliards d’euros (3,7 milliards en 2016)
  • Montant du display en France en 2017 : 1 450 millions d’euros ( une définition du Display ici)

Le marché publicitaire digital en forte croissance

En 2017, le marché de la publicité sur le web a dépassé les 4 milliards d’euros de bénéfices. Les entreprises dégagent désormais plus de budget dans le digital que dans des spots TV ou dans des encarts dans la presse. En effet, le ciblage est extrêmement fin, les statistiques très précises, il est possible de faire du reciblage publicitaire…

A noter : le marché de la publicité digitale était le seul marché de la publicité en croissance en 2017.

Facebook et Google en tête chez les annonceurs

Le search (+8%) continue sa forte croissance, notamment grâce au mobile : +21% et dépasse les 2 milliards d’euros de recettes.
Le display est également en forte hausse avec 1,45 milliards d’euros de bénéfices en 2017.

Le search et le social représentent à eux deux plus des 3/4 du marché (Facebook et Google principalement). Sur mobile, cet écart est encore plus flagrant: Facebook et Google concentrent 90% du marché de la pub digitale.

La vidéo

Du côté des formats, la vidéo est le champion toutes catégories de 2017 puisqu’elle représente 39% des investissements, et surtout grâce au mobile. En effet, pour la première fois, les dépenses publicitaires sur la vidéo mobile ont été plus nombreuses que les dépenses publicitaires sur la vidéo desktop en 2017 (46% VS 43%).

[/one-half]
  • 07
  • Fév
  • 2018

Google AdWords :...

Coraline

L’agence Pulsi vous explique pourquoi vos campagnes sont inutiles (ou presque).

Pourquoi votre campagne Google AdWords ne fonctionne-t-elle pas ?

Si vous êtes novice dans le domaine de la publicité sur le web, il est fort possible que vous ayez laissé Google vous guider dans le choix de vos mots-clés. A tort. En effet, Google a tout intérêt à ce que vous suiviez ses recommandations sans réfléchir.

Par exemple, Google vous incitera fortement à choisir des mots clés très larges qui déclencheront vos annonces à un public qui ne recherche pas vos produits. Des astuces existent pour éviter ceci.

Autre point primordial : avant d’investir le premier euro dans une campagne sur Google AdWords, il vous faut réfléchir à cette campagne et fixer des objectifs précis. Où souhaitez-vous apparaître ? Qui désirez-vous atteindre ? Comment allez-vous mesurer votre campagne ?

En effet, un campagne bien réfléchie en amont est essentielle. Mais il vous faut également mesurer l’impact de vos campagnes en créant des « conversions ». Savoir qu’un certain nombre de personnes a cliqué sur votre annonce dans les résultats de recherche Google est une chose, mais connaître le pourcentage d’internautes qui ont généré un achat est bien plus intéressant.

Une autre erreur peut vous être fatale : si la page sur laquelle arrivent les internautes après avoir cliqué sur votre annonce dans Google ne correspond pas aux mots-clés qu’ils ont tapé ni même au texte de votre annonce, votre score de qualité baissera et vous serez pénalisé par Google.

Le budget est également compliqué à appréhender. On pense souvent à tort pouvoir créer une petite campagne, juste pour tester. Certes, AdWords peut être un formidable outil pour vous permettre d’être visible, mais il peut aussi être un piège si on choisit mal sa stratégie. L’erreur typique serait de vouloir apparaître partout sans avoir le budget adaptéDe plus, si votre budget est trop faible, il vous sera impossible d’avoir assez de statistiques et donc de pouvoir optimiser sérieusement votre campagne.

Heureusement, l’agence Pulsi est là pour vous guider et vous conseiller sur vos campagnes AdWords, alors n’hésitez pas à nous contacter !

[/one-half]
  • 24
  • Jan
  • 2018

L’Agence Pulsi vous...

Lucile

Cette année, l’Agence Pulsi vous présente ses voeux en vidéo.

Support tendance en 2017, la vidéo devient incontournable en 2018.

Découvrez nos voeux en vidéo ! Et notre chaîne Youtube ici

[/one-half]

  • 16
  • Jan
  • 2018

Nouveau fil d’actualités...

Lucile

Un changement radical à venir

Facebook l’a annoncé la semaine dernière : le réseau social va procéder à un changement radical dans les prochains mois et il privilégiera les « amis » (comprenez les proches qui ont un profil personnel tout comme vous) dans nos fils d’actualités. Vous pourrez bientôt voir tous les posts de votre collègue de bureau ou de votre cousin d’Amérique, eux qui ont dernièrement été oubliés au détriment d’articles racoleurs et de vidéos de chatons très mignons.

Mark Zuckerberg, fondateur de Facebook, veut procéder à une refonte totale de son réseau social. Il estime ainsi revenir aux fondamentaux de Facebook, c’est-à-dire à un véritable réseau « social » dans le sens où ce sont les relations avec vos proches qui seront mises en avant. Selon lui, le véritable esprit de « The Facebook » (le nom initial du site) réside dans la connexion entre les individus, dans le partage, bref dans l’humain avant tout.

Mais il est vrai que ces dernières années, on a vu notre fil d’actualités se remplir de contenus de marques, de photos de célébrités, et même de posts sponsorisés qui apparaissent contre notre volonté.

Le géant des réseaux sociaux sait cependant à quoi s’attendre avec cette nouvelle formule : moins de publications à lire dans le fil d’actualités = moins de temps passé sur Facebook. Mais Zuckerberg est prêt à payer le prix du bien-être de ses utilisateurs.

Quel avenir pour les pages de marques/entreprises ?

Bien évidemment, avec cette mise à jour il sera plus difficile pour une marque d’apparaître dans nos fils d’actualité. L’enjeu va donc être de sortir du lot, de se faire une place parmi toutes ces pages qui postent des contenus sans relâche et d’être visible. D’où l’importance de renforcer sa stratégie et son image de marque afin de proposer des contenus pertinents et ciblés qui toucheront les utilisateurs. Et bien entendu, il faudra mettre la main à la poche, ce qui était déjà le cas depuis plusieurs années, avec les boutons « Booster une publication » ou « Créer une publicité ».

Ils devront désormais se poser les bonnes questions et communiquer de manière à s’assurer un maximum de visibilité, ou trouver un moyen détourné comme la création de « groupes » Facebook par exemple. C’est l’objectif principal d’une grande majorité des sites d’informations français présent sur le réseau social (comme Le Monde par exemple).

Ce genre de « groupe » dédié à une marque ou un média existe déjà aux États-Unis : le Washington Post a crée un groupe nommé « PostThis » dans lequel il prône les qualités de son journalisme et qui réunit 4000 membres. Certains spécialistes parlent d’une « version moderne des forums d’il y a quinze ans ».

Mais comment monétiser cette nouvelle présence sur Facebook ?

Le système reste encore flou, autant du côté du leader des réseaux sociaux que des entreprises et médias concernés par ces groupes. Il va falloir attendre de constater l’évolution et l’impact qu’aura cette nouvelle version du fil d’actualités sur les utilisateurs de Facebook mais surtout sur ces pages professionnelles qui touchaient des millions de personnes (presque) sans effort auparavant.

Alors, prêts à payer ?

[/one-half]
  • 11
  • Jan
  • 2018

Est-RESCUE – Création...

Astrid

Est-RESCUE nous confié la création d’un dépliant sur la tension hospitalière en région Grand Est. Est-RESCUE créée en juin 2017 est une association dotée d’un observatoire qui collecte les données des structures d’urgence en région Grand Est et les communique auprès des professionnels de santé.
L’association se charge ensuite de mettre en place des actions de prévention et d’information pour améliorer la prise en charge des patients. La création de supports de communication en fait partie, notamment le dépliant sur la tension hospitalière. Merci à Est-RESCUE de sa confiance ![/one-half]

  • 05
  • Jan
  • 2018

Communication Digitale :...

Lucile

Dans l’ère de l’urgence de l’information sur le web, la communication digitale, et en particulier les réseaux sociaux, évolue vite. Voici les quelques tendances 2018 à suivre pour être efficace et pertinent sur internet.

PAYER POUR EXISTER

Facebook a considérablement freiné la portée organique, voilà pourquoi les professionnels du marketing doivent dorénavant mettre la main à la poche pour stimuler des publications ou apparaître sur le « newsfeed » (« fil d’actu ») de Facebook et ainsi être visible.

En 2018, la clé sera donc de se fondre dans le tableau avec des pubs natives, notamment des annonces liées aux recherches, des publications sponsorisées, du contenu publi-rédactionnel ou des publicités intégrées de façon homogène.

FACEBOOK LIVE ET STORIES

Facebook Live

Les chiffres sont sans appel : les utilisateurs de Facebook passent trois fois plus de temps à regarder des vidéos en direct (Facebook Live) que du contenu pré-enregistré. Certes, le streaming vidéo représente toujours une énorme part du trafic en ligne (près de 75%) mais le direct devient un des atouts phares des marques pour communiquer de façon plus personnalisée avec leur cible.

Le Facebook Live est cependant un service à double tranchant : le but est d’avoir un contenu pertinent à proposer et d’en informer sa communauté en amont, par le biais d’alertes mobiles pour les utilisateurs par exemple.

Les stories

Le concept de « story » est basé sur le partage de photos et vidéos visibles uniquement pendant 24h par ses différents contacts sur les réseaux. Imaginé tout d’abord par Snapchat, il a ensuite été repris par Facebook sur Messenger mais aussi et surtout par Instagram.

Le but ? Partager des instants de vie (pour les particuliers) mais aussi diffuser des messages percutants et courts (pour les marques et les artistes) qui seront bien plus vus qu’un simple post, et qui dans la plupart des cas suscitent plus de réactions de la part de la communauté.

Le succès de cette nouvelle façon de communiquer est énorme : Instagram a lancé ce service durant l’été 2016, un an et demi plus tard il réunit 300 millions d’utilisateurs quotidiens ! En septembre 2017, un tiers des stories les plus vues étaient celles de marques. Et les entreprises l’ont bien compris : au cours du même mois, la moitié des profils d’entreprise sur Instagram ont publié au moins une story et on constate que 80% des utilisateurs de l’application suivent au moins une marque.

LA VIDÉO : LE NOUVEAU FORMAT TENDANCE

22 milliards de vidéos sont vues chaque jour sur le web : 10 milliards sur Snapchat, 8 milliards sur Facebook, 4 milliards sur YouTube… Ces chiffres font tourner la tête, mais prouvent encore une fois que la vidéo est le format phare d’internet, celui qu’il faut produire pour être vu, reconnu et suivi. En effet, la vidéo possède un fort pouvoir d’engagement sur les réseaux sociaux.

La diversité des contenus est immense : démonstration produit, vidéo promotionnelle, unboxing (vidéo où un influenceur ouvre un colis envoyé par une marque afin de promouvoir ses derniers produits), tutoriels, interviews, FAQ, live, 360 degrés, etc…

Ce qui marche le plus ? Les vidéos du type « BRUT. » (la plateforme vidéo tendance) : pas plus longues que 2 minutes en général, simples à monter, elles se basent sur un thème précis (technologie, environnement, histoire, insolite, etc…) et peuvent se regarder sans aucun son puisque les images qui défilent sont légendés par des textes explicatifs. Clap de fin pour les vidéos léchées et réalisées en plusieurs semaines ? Sur les réseaux sociaux, il semblerait que la tendance soit plus à l’urgence qu’à l’élégance.

LES CHATBOTS

Selon une étude publiée par Oracle, 38% des marques françaises interrogées en ont déjà déployé un chatbot et 79% l’auront fait d’ici 2020 dans le cadre de leurs interactions clients.

Le chatbot (ou agent conversationnel en français), c’est un agent qui dialogue avec l’utilisateur via le site internet marchand ou les réseaux sociaux. Mais la particularité de cet agent est d’être un robot réglé sur un algorithme qui permet de créer l’illusion de converser avec un véritable être humain.

Leurs utilisations sont multiples : confirmer une réservation, suivre l’expédition d’un produit, acheter en ligne sans quitter l’application de messagerie et recevoir des alertes personnalisées.

Le but de ce nouveau service ? Rendre les marques accessibles à leurs consommateurs à tout moment et créer un lien privilégié avec eux en s’immisçant dans leurs habitudes digitales.

[/one-half]
  • 27
  • Déc
  • 2017

INSTAGRAM star 2017...

Arnaud

2017 restera comme une année charnière pour Instagram, celle où les entreprises ont massivement investi ce réseau social. Fin novembre, plus de 25 millions de profils professionnels avaient été créés dans le monde.

Pour mémoire ils étaient 15 millions en juillet 2017 et seulement 1,5 million en septembre 2016.

On assiste donc bien à une accélération de la professionnalisation d’Instagram.

Ce réseau de partage de photos (qui appartient à Facebook) compte 800 millions d’utilisateurs actifs, il est donc devenu un terrain de jeux naturel pour les marques et entreprises.

Le nombre d’annonceurs actifs a lui aussi explosé. Il étaient 2 millions en septembre 2017 contre 1 million en mars 2017 et 200 000 en mars 2016 !

Des codes de communication spécifiques

Instagram devient donc un réseau indispensable dans une stratégie digitale de marque.

Toutefois les codes de communication ne sont pas les mêmes que sur Facebook. Les instagramers ont même en général des attitudes assez différentes des facebookers. Un post qui fonctionne sur Facebook ne fonctionnera pas forcément sur Insta. Le temps passé sur les deux réseaux n’est pas le même, les profils d’utilisateurs ne sont pas non plus les mêmes…
Vous n’avez pas de stratégie Instagram encore moins de stratégie digitale ? Contactez-nous et parlons-en !

[/one-half]
  • 21
  • Déc
  • 2017

Appel d’offre remporté

Arnaud

Nous avons remporté l’appel d’offre de la Communauté de communes des Paysages de la Champagne pour son SITE WEB.

Cette communauté de communes regroupe une cinquantaine de communes autour de la Ville de Dormans. Un site web totalement responsive, ergonomique et au référencement impeccable à venir !

Restez connectés.
[/one-half]

  • 09
  • Déc
  • 2017

*** Que Marianne...

Arnaud
9 décembre 1905 : Vote de la loi de séparation de l’église et de l’Etat.
Voici le logo créé à l’occasion de l’anniversaire de cet événement pour un collectif d’associations agissant pour la promotion de la laïcité.
#laicité #marianne #quemarianneetaitjolie
[/one-half]
  • 05
  • Déc
  • 2017

Site web I-mmocoop

Arnaud

*** Livraison WEB ***
Notre dernière réalisation : le site web  I-mmocoop Reims.
Affichage de biens immobiliers alimenté par un flux xml externe, recherche par critères, simulateur de mensualités online et bien sur un site entièrement administrable et RESPONSIVE !

A visiter ici :  https://www.immocoop.fr/
[/one-half]

  • 03
  • Déc
  • 2017

La révolution snapchat

Arnaud

Une nouvelle version de Snapchat, le réseau fétiche des « millenials », est en cours de déploiement et devrait apporter de substantielles modifications dans la navigation et l’ergonomie.

Snapchat va séparer le social du média

Le fondateur et CEO de Snapchat présente ces modifications dans un texte (à lire ici) où il présente la philosophie de ce nouveau design et qu’il résume par « Comment Snapchat sépare le social du média ».

L’occasion de tenter une petite analyse de ce qui pourrait bien constituer un tournant dans la manière d’appréhender et d’utiliser les réseaux sociaux.

Tout d’abord, d’après lui le succès de Snapchat ou de WhatsApp vient du fait que les internautes choisissent ces applis car elles permettent de communiquer avec des proches sans s’exposer à un jugement public. Sur Facebook les contenus sont publiés auprès d’un public large qui peut interagir directement avec les contenus (réactions, commentaires, etc…).

Limiter la diffusion de « fake news »

L’un des travers des réseaux sociaux « de masse » est la diffusion de fake news. Phénomène qui s’explique facilement par le fait que sur Facebook par exemple, les internautes partagent énormément de contenus qu’ils n’ont pas créés et qu’ils n’ont souvent pas lus jusqu’au bout.

Le concept des « stories » inventé par Snapchat et fer de lance de l’appli, est maintenant adopté par bien d’autres réseaux sociaux. Les stories permettent de diffuser du contenu créer par l’utilisateur à ses « followers ». Ceci à pour conséquence de limiter la propagation de fake news. Toutefois on peut signaler que Instagram testerait un bouton « Regram » qui le rapprocherait encore plus de son grand frère Facebook. Est ce une erreur ? L’avenir nous le dira…

Favoriser la création de contenus par les utilisateurs

Mais revenons à Snapchat dont son créateur compare les « snaps » à des « textos visuels ». A l’ouverture de Snapchat c’est l’appareil photo qui s’affiche et non le fil d’actu ce qui change complètement la manière d’utiliser l’appli en encourageant à la production de contenu personnel et non à la simple observation de l’activité de ses ami-e-s.

La nouvelle version Snapchat va séparer complètement le social (les ami-e-s) du « média » (les marques,  les posts médias, etc…). Les deux faces des réseaux sociaux se trouvant maintenant clairement dissociées dans la nouvelle version Snapchat.

Un nouvel algorithme

Enfin la nouvelle version de Snapchat va intégrer un nouvel algorithme a priori beaucoup plus fin répondant avant tout aux intérêts individuels de l’utilisateur. L’application analyse en effet les photos publiées sous forme de snap (en proposant des filtres adaptés) et bien sur votre activité globale.

Ceci permet de vous proposer un flux média et marque adapté à vos centres d’intérêts beaucoup plus affiné (apparemment) que sur les autres réseaux sociaux.

Pour conclure, Snapchat continue sa route en toute indépendance de Facebook (qui a essayé de la racheter plusieurs fois). Les deux mastodontes des réseaux sociaux continuent de proposer modifications et améliorations de leurs applis afin de coller au mieux aux attentes des utilisateurs et à leurs évolutions.

Le petit poucet Snapchat après avoir introduit la notion de stories chez ses concurrents va peut être encore une fois révolutionner les réseaux sociaux.

A suivre…

[/one-half]
  • 27
  • Nov
  • 2017

Art de Vivre...

Arnaud

Le premier numéro de Art de vivre à la rémoise magazine est disponible !

*** Parmi nos dernières réalisations ***
Le Magazine de l’Art de vivre à la Rémoise #1 !
Création de la ligne graphique, photographies, mise en page, rédactionnel…
A retrouver chez les commerçants de Reims.

Vous pouvez télécharger le Magazine de l’Art de vivre à la Rémoise #1 sur le site  art-de-vivre-a-laremoise.com/

[/one-half]
  • 21
  • Nov
  • 2017

** Nouveau client...

Arnaud

Bienvenue à la société LEICA Géosystems !
Une entreprise suisse qui conçoit, fabrique et commercialise des appareils de topographie et géodésie, tels que des GPS, stations totales, niveaux optiques, scanners 3D.

Réalisation de documents print, e-mailing pure HTML, et événementiel.

[/one-half]
  • 17
  • Nov
  • 2017

Les facteurs les...

Lucile

SEMRush vient de sortir son étude Ranking Factors 2.0 : leur objectif était d’étudier et d’estimer l’importance de certains facteurs sur le référencement naturel des sites web sur Google.

De nombreux critères sont déjà connus mais il est compliqué de déterminer lesquels sont les plus impactants.

Pour résumer rapidement, les facteurs qui semblent peser le plus chez Google sont à la fois techniques, mais aussi relatifs à la connaissance de la marque par les internautes et l’expérience utilisateur sur le site web.
On retrouve donc dans les premières positions :

  • l’adresse du site web est entrée directement par les internautes > la marque est connue des internautes, le site est mis en avant par Google
  •  le temps passé sur le site web > critère lié à l’expérience utilisateur. Votre site web intéresse vos cibles, ils passent du temps sur votre site web
  • le nombre de pages vues par session > même remarque
  • le taux de rebond > les visiteurs ne sont pas déçus, ils sont bien sur le site web qu’ils recherchent
  • le nombre de noms de domaine qui évoquent votre site web
  • le nombre de liens pointant sur votre site
  • la longueur de votre contenu > le site vitrine, c’est terminé ! On veut du contenu riche, varié, unique, travaillé…
  • https > votre site est sécurisé
  • les mots-clés dans les meta-descriptions, dans vos balises <body>, dans vos titres… > votre contenu et sa hiérarchisation respectent les bases du SEO

Conclusion : il faut travailler la notoriété de sa marque autant que son SEO, il faut penser à l’internaute et à sa navigation sur son site web, réfléchir aux objectifs de son site web et publier du contenu long et de qualité, avec les bons mots-clés.[/one-half]

Contactez-nous si avez besoin d’aide sur ces différents points ! (lucile@agencepulsi.com)

  • 01
  • Nov
  • 2017

Facebook bientôt payant...

Arnaud

Les marques bientôt obligées d’acheter de la pub sur Facebook ?

Facebook annonce tester dans certains pays (Sri Lanka, Bolivie, Slovaquie, Serbie, Guatemala et Cambodge) un fil d’actualité vidé des publications de marques. Oui vous avez bien lu, les publication des marques n’apparaitraient plus automatiquement dans le fil d’actualité des utilisateurs du réseau social*.

Ce fil d’actualité ne diffuserait plus que les actus des « amis »*.

Les posts des pages seraient cantonnées dans un nouvel espace appelé « explore ».

Cela signifie donc que les entreprises qui basent toute leur stratégie de communication sur une présence active sur Facebook verraient leurs efforts réduits à néant sauf bien à acheter de la publicité !

Nous posions la question il y a quelques semaines : Faut il tout miser sur les réseaux sociaux (et donc Facebook) ?

(article à lire ici : http://www.agencepulsi.com/web-tout-miser-sur-les-reseaux-sociaux/)

Multiplier les espaces de communication digitaux

La réponse semble de plus en plus claire : C’est NON.

Certes facebook avec cette nouvelle orientation prend le risque que de nombreuses marques quittent la plateforme mais quelle marque serait assez folle pour se couper de l’espace numérique où passent la majeure partie des internautes plusieurs fois par jour ?

Si pour les « grandes marques » nationales et internationales qui achetent déjà de la publicité l’impact va être moindre, c’est surtout pour les petites marques locales misant tout sur la gratuité du réseau que cela va être problématique.

Encore une fois nous le répétons : ne mettez pas tous vos œufs dans le même panier. Donner encore plus le leadership à Facebook c’est tisser la corde qui nous pendra tous.

Multipliez les espaces de communication, inventez-en même de nouveaux (pourquoi pas) et surtout venez nous parler de vos projets ! 

Attention, pas de panique, ces projets ne sont qu’à l’état de tests. Mais ce n’est pas une raison pour ne pas vous préoccuper de votre stratégie de communication digitale !

Contactez nous en cliquant  ici, nous ferons le point sur votre communication ! C’est GRATUIT !

  • N’oublions pas que facebook effectue déjà une sélection des posts des pages commerciales et que les internautes ne voient  pas tout ce qui est publié. C’est le fameux algoryhtme facebook ou newsfeed ranking algorithm, autrefois intitulé edgerank.
[/one-half]
  • 16
  • Oct
  • 2017

Phone Stacking ou...

Arnaud

Connaissez-vous le Phone Stacking ?

L’hyper-connectivité devient un problème notamment pour les relations inter-personnelles.

Qui n’a pas consulté son smartphone pendant un repas ou une réunion ?

Face à ce problème altérant les relations sociales la riposte s’organise.

Certains restaurateurs proposent aux clients de laisser leurs portables au vestiaire moyennant une ristourne sur l’addition.

Mieux, le « phone stacking » (empilement de téléphone) permet de lutter contre l’hyper-connectivité et l’isolement qui en découle par le biais d’une animation ludique et socialisante.

Explications :
Lors d’un repas chaque convive pose son téléphone face contre table en faisant le plus bel empilement possible.
Pendant le repas il est interdit de toucher à son téléphone.

Le 1er qui craque paye l’addition de toute la table !

Si tout le monde résiste à la tentation : l’addition est partagée.

Une manière amusante de (tenter de) ne pas saisir son smartphone à tout instant !

[/one-half]
  • 12
  • Oct
  • 2017

*** Meilleursagents.com ***

Arnaud

Merci à  www.meilleursagents.com pour sa confiance.
Meilleursagents est la référence nationale de l’évaluation des biens immobiliers online et de la mise en relation vendeurs / agences immos.

Notre mission : Réalisation d’illustrations afin de présenter le cheminement client

Conception d’une plaquette commerciale destinée aux agences immobilières.
+ d’infos  MeilleursAgents

[/one-half]
  • 07
  • Oct
  • 2017

Oser la transformation...

Arnaud

Pour 87 % des dirigeants de PME et ETI, la transformation digitale n’est pas une priorité.
C’est le constat alarmant que dresse une étude de la BPI ( A découvrir ici)

L’etude rappelle quelques notions fondamentales concernant la transformation digitale trop souvent réduite à la simple utilisation des technologies numériques.

Qu’est ce que la transformation digitale ?

« La Transformation digitale est une nouvelle manière de créer de la valeur en ré-interrogeant le business model dans un contexte digital. »

La transformation digitale appelle à une transformation globale de l’entreprise centrée sur trois chantiers :

• le client. De plus en plus exigeant, il est intégré dans la création de valeur.

• l’organisation. Elle devient plus souple et permet aux salariés l’expérimentation.

• les partenaires de l’entreprise. L’entreprise seule ne peut rien, en créant des synergies avec ses partenaires elle peut répondre à ces nouveaux enjeux.

Ce retard pris en France dans la transformation digitale, l’incompréhension des dirigeants face à cette révolution sont aussi parmi les causes de nos carences économiques actuelles.

Il est urgent de réagir et d’affronter la transformation digitale pour la maitriser et en faire une arme de conquête économique.

Créer une stratégie digitale pour nos clients.

C’est ce que nous faisons en accompagnant nos clients sur la conception de leur stratégie de communication digitale. Un terme qui il y a encore quelques mois n’était quasiment pas utilisé dans nos sphères économiques locales.
Notre expérience de la communication acquise depuis 30 ans amendée de notre pratique du digital nous permet aujourd’hui de proposer une offre de communication alliant stratégie – création graphique – outils print et web à nos clients.

Vous avez surement beaucoup de question à nous poser, si nous en discutions ?
Contactez nous au 03 26 47 09 34 ou en cliquant ici

[/one-half]
  • 29
  • Sep
  • 2017

Décret Photoshop –...

Astrid

A partir du 1er octobre 2017, la mention « photo retouchée » sera obligatoire sur les photographies dont les corps de mannequins sont modifiés.
Ce décret a été adopté afin de répondre à un enjeu de santé publique notamment le « culte de la minceur « , un souci majeur chez les jeunes.
La mention devra être apposée lorsque l’apparence corporelle est modifiée, les corrections sur le visage et les cheveux ne sont pas concernées.

L’utilisation de la mention devra répondre à la recommandation Mentions et renvois de l’ARPP (Autorité de Régulation Professionnelle de la Publicité) : consultez ici.

En résumé : une police lisible, dans un format horizontal, et une couleur qui contraste par rapport au fond de la publicité. La taille de la mention n’est pas aussi exigeante que les celle des bandeaux sanitaires qui pour rappel doivent occuper 7% de la surface globale du support.

La marque Dove avait déjà ouvert la voie en 2004 contre les dérives de la retouche avec sa campagne « Pour toutes les beautés » en montrant de « vraies femmes », de tailles et de formes différentes.

Tous clichés à usage commercial diffusés via la Internet, la presse, l’affichage et les catalogues sont donc concernés. Seule la télévision est exempte de cette obligation.
Les contrevenants risquent une amende minimum de 37 500 euros, montant pouvant être porté à 30% des dépenses consacrées à la publicité.

Vive les clichés 100 % naturel !

L’agencepulsi réalise des clichés 100% naturels (sans retouche) de modèles.
Un exemple ci-contre pour la société MARZIN PRO. Nous vous invitons à les découvrir sur leur page Facebook ici

(publicité marzinpro​ modèle : Charly – photo : Eve Robert)

[/one-half]
  • 28
  • Sep
  • 2017

IRIS, un centre...

Arnaud

IRIS est l’Institut de Recherche et Innovation de Sainte-Menehould.

Iris est centre de ressources, d’études et de recherche mais aussi un incubateur centré autour de la couleur.

Un centre unique au Monde

Sainte-Menehould est la capitale de l’Argonne Champenoise, une commune de  5 000 habitants qui a été très durement touchée depuis des années par la crise économique. Bertrand Courot, Maire de la commune, dans une démarche volontariste et ambitieuse a mis en place et développé ce projet depuis 2015 en s’appuyant sur de belles entreprises locales du plastique et de la métallurgie.

C’est un exemple concret de politique citoyenne mêlée à un véritable engagement économique. Les acteurs locaux jouent le jeu et le projet se développe. Installé dans les locaux, désaffectés, d’un ancien Lycée Professionnel est en train de se construire à Sainte-Menehould un centre qui sera unique au monde.

En tant que membre de la commission innovation de la CCI Marne j’ai eu l’opportunité de visiter ce centre et de m’entretenir avec les parties prenants notamment deux doctorantes en design de la couleur particulièrement brillantes et intéressantes.

La couleur est évidemment partie prenante de notre vie de tous les jours mais représente aussi un véritable enjeu pour les communiquants que nous sommes. L’existence du centre IRIS a une heure de route de Reims est une véritable opportunité pour développer notre expertise en ce domaine et proposer des services et prestations de plus en plus pointues à nos clients.

Impacts des couleurs sur l’acte d’achat, calibrage de couleurs en print mais aussi en web, développement du marketing sensoriel…

Sophie la Girafe et le marketing sensoriel

A ce propos, nous sommes revenus sur un exemple typique de marketing sensoriel que vous avez surement croisé sans même vous en apercevoir : J’ai nommé la délicieuse (pour les bébés) ou énervantes (pour les parents) Sophie La Girafe. Un jouet qui a fêté ses 50 ans et qui reste un modèle de design sensoriel.

Conçue pour s’adresser aux 5 sens de l’enfant : Le goût (l’enfant peut la « machouiller » sans probème) , l’odorat  (elle sent Vanille grâce à un traitement sépicifique à base de citron), le toucher (une texture agréable), l’ouïe (elle émet un bruit quand on la presse), la vue ( ses tâches sont positionnées de manière très spécifique pour lui donner forme et ampleur)…

Le centre IRIS de Sainte-Menehould n’en est qu’à ses balbutiements et nous prépare de belles surprises qui participeront au renouvellement économique de la région. A suivre

Un site à consulter : http://www.iris-smd.fr/

Arnaud Steffen

[/one-half]

Actualités plus anciennes