Création graphique

De l’idée à la création – design graphique

En savoir plus

ÉCO-COMMUNICATION

L’éco-communication au service de votre business

Soyez responsables, Osez l'éco-communication

En savoir plus

Conseil en communication

Communiquer avec efficacité (et poésie)

En savoir plus

Communication digitale

Donnez une autre dimension à votre communication

En savoir plus

Référencement

allez à l’essentiel, soyez efficaces !

En savoir plus

Motion Design

Animez votre communication

En savoir plus

Maxi Format

La communication en Grand

En savoir plus

Actualités

  • 06
  • Déc
  • 2019

Instagram : la course aux...

Lucile
Ils l’avaient annoncé en milieu d’année, c’est désormais effectif :  à l’occasion d’une phase de test mondiale, Instagram va cacher le nombre de likes obtenus par une photo. Pourquoi ? Pour tenter de stopper cette course aux likes si présente sur les réseaux sociaux, mais encore plus sur Instagram. C’est le réseau social de la perfection : superbes vacances dans des lieux paradisiaques, selfies truqués à coup de filtres, instants de vie mis en scène, … Dans une étude réalisée par des chercheurs anglais sur un panel d’environ 1 500 adolescents et jeunes adultes en 2017, il a été prouvé que cette recherche du cliché parfait suscitait des baisses d’estime et parfois même des angoisses chez les utilisateurs les plus fragiles. Instagram est donc depuis labellisé « réseau social le plus nocif pour la santé mentale ». Mais Instagram compte bien changer cette image négative et cet impact désastreux qu’il peut avoir chez les jeunes, sa plus grosse cible. Après avoir lancé une phase de test de ce nouvel interface « like free » (comprenez « sans les likes ») aux Etats-Unis, c’est au tour du reste du monde d’expérimenter cette version bêta d’Instagram. Ce n’est encore qu’une phase de test, il est donc très possible que vous puissiez toujours voir le nombre de likes sous chaque photo postée (la vôtre ou celle d’autres utilisateurs). Malgré cela, les personnes qui ont testé cette version moins anxiogène n’ont donné que des retours positifs… Pour les marques et les influenceurs en revanche, c’est une moins bonne nouvelle. En effet, on a pu observer dans les phases de tests aux Etats-Unis que le nombre de likes a baissé d’environ 10% quand l’utilisateur ne voit pas combien de personnes ont liké avant lui. Alors, bientôt finie la course à la popularité sur Instagram ? [/one-half]
  • 17
  • Nov
  • 2019

Les idées reçues sur les...

Lucile
Il est préférable d’éteindre tous les appareils électroniques le soir quand on va se coucher, ça utilise moins d’énergie. C’est vrai ! Toutefois, de nos jours, tous les appareils électroniques que l’on peut posséder : smartphone, tablette, ordinateur portable ou même télévision, consomment très peu d’énergie à l’utilisation. S’il y a un moment de leur vie où ils consomment énormément d’énergie et où ils sont polluants, c’est lors de leur fabrication ! Alors si vous voulez protéger la planète et réduire votre consommation d’énergie avec vos appareils, la meilleure idée est d’en prendre grand soin et de les garder le plus longtemps possible, ainsi leur impact de fabrication sera moindre. Le web c’est bien, mais les data centers ont un énorme impact sur l’environnement ! C’est vrai ! Mais ce ne sont pas les centres de données et les serveurs qui y sont installés qui consomment le plus d’énergie en ce qui concerne le web, ils ne sont responsables « que » d’un tiers de la consommation d’énergie d’internet. Encore une fois, la fabrication de tous les appareils électroniques qui vont in fine servir à se rendre sur le web (smartphone, tablette, ordinateur portable et ordinateur fixe) est bien plus dangereuse pour l’environnement. A mon échelle, je ne peux rien faire pour réduire l’impact d’internet sur la planète. C’est faux ! Il existe des gestes tout simples qui permettent de consommer moins d’énergie. Par exemple, saviez-vous qu’une box ADSL consomme énormément d’énergie au quotidien, surtout si elle est allumée 24h/24 ? En un an, cette box que vous n’éteignez jamais chez vous consomme l’équivalent de 10 ordinateurs portables utilisés 8h par jour ! Une vraie petite entreprise qui fonctionne à plein régime dans votre salon. Autre geste anodin qui coûte cher à l’environnement : la connexion 4G. Quand vous naviguez sur le web en 4G, vous consommez 15 fois plus d’énergie qu’avec votre box ADSL ! Les bons gestes à adopter : éteindre sa box ADSL dès que l’on ne s’en sert pas et limiter les connexions mobiles 4G dès que possible. Si je supprime régulièrement mes e-mails, je fais un bon geste pour la planète. Ce n’est pas tout à fait vrai. Supprimer vos vieux e-mails, c’est bien, ce geste permet de libérer des octets dans votre boîte mail, mais cela n’a malheureusement pas grand effet sur notre planète. Supprimer 1 gigaoctet d’e-mails, cela réduit votre empreinte carbone de 0,04 kg de CO2 par an. En comparaison, préserver votre ordinateur portable et allonger sa durée de vie de 3 à 6 ans économise 150 kg de CO2 par an. Donc, faire le tri dans vos e-mails, c’est bien, mais prendre soin de vos appareils électroniques, c’est mieux ! Si je stocke mes données sur le cloud, c’est mieux que de les stocker dans une clé USB ou sur un disque dur externe. C’est faux ! Aucun chiffre scientifique et aucune étude ne prouve à ce jour qu’il est préférable pour la planète de stocker des données sur le cloud que de le stocker sur un dispositif personnel comme une clé USB. En revanche, l’apparition du cloud et du stockage de données à distance a eu un effet rebond : plus nos données sont accessibles via n’importe quel appareil, plus on a tendance à les manipuler et à les dupliquer. La preuve en est que depuis la création du système « cloud », les appareils électroniques tels que les smartphones ou les tablettes ont vu leur capacité de stockage augmenter de façon assez importante. Un chiffe intéressant toutefois : transporter 1 seul petit octet consomme deux fois plus d’énergie que ce stocker ce même petit octet pendant 1 an. Acheter un DVD ou un Blu-Ray, c’est mauvais pour la planète, mieux vaut regarder des vidéos en streaming. C’est archi faux ! La dématérialisation n’implique pas un effet moindre sur l’environnement. Si vous regardez 1h de vidéo en streaming en HD, cela aura le même impact que la fabrication d’un DVD. Si on va plus loin, regarder une vidéo en HD (qualité Blu-Ray) demande 7 fois plus d’électricité (et donc également 7 fois plus d’eau !) et émet seulement 42% de gaz à effet de serre en moins qu’un support physique. Et ces chiffres ne s’appliquent qu’à une seule vidéo en streaming… Si vous consommez une grande quantité de vidéos en qualité HD et que vous vous souciez de votre impact environnemental, privilégiez le support physique ! [/one-half]
  • 15
  • Nov
  • 2019

Les médias ont-ils toujours la...

Lucile
« Les Français font davantage confiance aux informations partagées par leurs proches qu’aux médias » On le sait, la population (en France comme dans le reste du monde) fait de moins en moins confiance aux médias traditionnels. A qui la faute ? L’apparition de fake news ? Ou le remise en cause pure et simple des bonnes intentions des médias ? Depuis quelques années, les médias n’ont plus la côte. 49% des Français disent ne pas faire confiance à la presse écrite. 51% pensent que les informations relatées à la télévision ne sont pas fiables. 57% estiment que les médias en ligne ne sont pas dignes de confiance. Internet reste toujours le canal qui suscite le plus de méfiance. Plus récent que les autres, il souffre d’une mauvaise image. Chacun est libre de partager n’importe quelle information, vérifiée ou non. Si on va encore plus loin, on voit que 65% des Français ne font pas non plus confiance à une information partagée par un autre internaute lambda. C’est dire si la confiance règne sur le web… En revanche, ce qui est plus surprenant, c’est que 64% des Français sondés affirment qu’ils sont plus enclins à croire une information partagée par une personne qui leur est proche dans la vraie vie (un membre de la famille, un ami, un collègue, etc…) Cela signifie que les français ont deux fois plus confiance en leur proches qu’en les médias ! [/one-half]
  • 12
  • Nov
  • 2019

Les Français et le

Lucile
« Deux tiers des Français reprendraient des études dans le numérique s’ils avaient de nouveau 18 ans »   Une étude s’est penchée sur le rapport qu’entretiennent les Français avec le numérique. 1 000 personnes de 18 à 65 ans ont été sondées (ils font partie de 15 000 personnes actives interrogées et venant de 34 pays différents).   Plus de la moitié des Français interrogés affirment qu’ils choisiraient de s’orienter vers une filière dans le domaine des STEM (Sciences Technologie Ingénierie, Mathématiques) s’ils étaient de nouveau au lycée. Et de manière plus précise, 64% disent qu’ils se dirigeraient vers un secteur en rapport avec le digital.   La digitalisation croissante peut faire peur aux travailleurs, craignant que leur emploi ne soit bientôt supprimé pour être remplacé par un robot. C’est ce que pensent 29% des Français sondés (en comparaison, 76% des Indiens interrogés pensent que leur emploi n’existera plus dans 5 à 10 ans !). Cette vision pessimiste de l’avancée technologique est contre-balancée par le fait que les Français se disent plutôt confiants face à cette « uberisation » de nos sociétés : ils sont 69% à penser qu’ils pourront tout à fait gérer la digitalisation de leur travail dans les années à venir.   [/one-half]
  • 08
  • Nov
  • 2019

Les séniors face aux

Lucile
Au premier trimestre 2019 est sortie une étude tout à fait intéressante sur l’usage des écrans par les américains. L’écran qui est le plus regardé aujourd’hui n’est pas l’écran du téléphone comme on pourrait le croire, mais c’est bel et bien la télévision, qui reste toujours en tête malgré une baisse du temps passé quotidiennement à la regarder : 4h37 par jour (quand même !). Au total, les américains passent presque 12h par jour sur les médias ! 2h sur le téléphone portable, 1h42 sur la radio, 50 minutes sur la tablette, 5h46 devant des vidéos sur le web… Ces chiffres font tourner la tête. La donnée la plus surprenante de cette étude n’est pas que la moitié de la journée soit passée à être en contact avec un écran, mais plutôt l’âge des personnes concernées. Il est démontré que les personnes âgées de plus de 50 ans passent 3h de plus chaque jour à être connectés à un ou plusieurs médias que les 18-34 ans. Evidemment, on ne parle pas ici des mêmes écrans : quand les séniors privilégient encore et toujours la télévision (plus de 7h par jour), les millenials ne s’y intéressent qu’à peine plus de 2h dans leur journée. [/one-half]
Consulter toutes les actualités

Références