Actualités

  • 17
  • Nov
  • 2019

Les idées reçues sur les...

Lucile

Il est préférable d’éteindre tous les appareils électroniques le soir quand on va se coucher, ça utilise moins d’énergie.

C’est vrai ! Toutefois, de nos jours, tous les appareils électroniques que l’on peut posséder : smartphone, tablette, ordinateur portable ou même télévision, consomment très peu d’énergie à l’utilisation.

S’il y a un moment de leur vie où ils consomment énormément d’énergie et où ils sont polluants, c’est lors de leur fabrication ! Alors si vous voulez protéger la planète et réduire votre consommation d’énergie avec vos appareils, la meilleure idée est d’en prendre grand soin et de les garder le plus longtemps possible, ainsi leur impact de fabrication sera moindre.

Le web c’est bien, mais les data centers ont un énorme impact sur l’environnement !

C’est vrai ! Mais ce ne sont pas les centres de données et les serveurs qui y sont installés qui consomment le plus d’énergie en ce qui concerne le web, ils ne sont responsables « que » d’un tiers de la consommation d’énergie d’internet. Encore une fois, la fabrication de tous les appareils électroniques qui vont in fine servir à se rendre sur le web (smartphone, tablette, ordinateur portable et ordinateur fixe) est bien plus dangereuse pour l’environnement.

A mon échelle, je ne peux rien faire pour réduire l’impact d’internet sur la planète.

C’est faux ! Il existe des gestes tout simples qui permettent de consommer moins d’énergie. Par exemple, saviez-vous qu’une box ADSL consomme énormément d’énergie au quotidien, surtout si elle est allumée 24h/24 ? En un an, cette box que vous n’éteignez jamais chez vous consomme l’équivalent de 10 ordinateurs portables utilisés 8h par jour ! Une vraie petite entreprise qui fonctionne à plein régime dans votre salon.

Autre geste anodin qui coûte cher à l’environnement : la connexion 4G. Quand vous naviguez sur le web en 4G, vous consommez 15 fois plus d’énergie qu’avec votre box ADSL !

Les bons gestes à adopter : éteindre sa box ADSL dès que l’on ne s’en sert pas et limiter les connexions mobiles 4G dès que possible.

Si je supprime régulièrement mes e-mails, je fais un bon geste pour la planète.

Ce n’est pas tout à fait vrai. Supprimer vos vieux e-mails, c’est bien, ce geste permet de libérer des octets dans votre boîte mail, mais cela n’a malheureusement pas grand effet sur notre planète.

Supprimer 1 gigaoctet d’e-mails, cela réduit votre empreinte carbone de 0,04 kg de CO2 par an. En comparaison, préserver votre ordinateur portable et allonger sa durée de vie de 3 à 6 ans économise 150 kg de CO2 par an.

Donc, faire le tri dans vos e-mails, c’est bien, mais prendre soin de vos appareils électroniques, c’est mieux !

Si je stocke mes données sur le cloud, c’est mieux que de les stocker dans une clé USB ou sur un disque dur externe.

C’est faux ! Aucun chiffre scientifique et aucune étude ne prouve à ce jour qu’il est préférable pour la planète de stocker des données sur le cloud que de le stocker sur un dispositif personnel comme une clé USB.

En revanche, l’apparition du cloud et du stockage de données à distance a eu un effet rebond : plus nos données sont accessibles via n’importe quel appareil, plus on a tendance à les manipuler et à les dupliquer. La preuve en est que depuis la création du système « cloud », les appareils électroniques tels que les smartphones ou les tablettes ont vu leur capacité de stockage augmenter de façon assez importante.

Un chiffe intéressant toutefois : transporter 1 seul petit octet consomme deux fois plus d’énergie que ce stocker ce même petit octet pendant 1 an.

Acheter un DVD ou un Blu-Ray, c’est mauvais pour la planète, mieux vaut regarder des vidéos en streaming.

C’est archi faux ! La dématérialisation n’implique pas un effet moindre sur l’environnement. Si vous regardez 1h de vidéo en streaming en HD, cela aura le même impact que la fabrication d’un DVD.

Si on va plus loin, regarder une vidéo en HD (qualité Blu-Ray) demande 7 fois plus d’électricité (et donc également 7 fois plus d’eau !) et émet seulement 42% de gaz à effet de serre en moins qu’un support physique. Et ces chiffres ne s’appliquent qu’à une seule vidéo en streaming…

Si vous consommez une grande quantité de vidéos en qualité HD et que vous vous souciez de votre impact environnemental, privilégiez le support physique !

[/one-half]
  • 15
  • Nov
  • 2019

Les médias ont-ils toujours la...

Lucile

« Les Français font davantage confiance aux informations partagées par leurs proches qu’aux médias »

On le sait, la population (en France comme dans le reste du monde) fait de moins en moins confiance aux médias traditionnels. A qui la faute ? L’apparition de fake news ? Ou le remise en cause pure et simple des bonnes intentions des médias ?

Depuis quelques années, les médias n’ont plus la côte. 49% des Français disent ne pas faire confiance à la presse écrite. 51% pensent que les informations relatées à la télévision ne sont pas fiables. 57% estiment que les médias en ligne ne sont pas dignes de confiance.

Internet reste toujours le canal qui suscite le plus de méfiance. Plus récent que les autres, il souffre d’une mauvaise image. Chacun est libre de partager n’importe quelle information, vérifiée ou non. Si on va encore plus loin, on voit que 65% des Français ne font pas non plus confiance à une information partagée par un autre internaute lambda. C’est dire si la confiance règne sur le web…

En revanche, ce qui est plus surprenant, c’est que 64% des Français sondés affirment qu’ils sont plus enclins à croire une information partagée par une personne qui leur est proche dans la vraie vie (un membre de la famille, un ami, un collègue, etc…) Cela signifie que les français ont deux fois plus confiance en leur proches qu’en les médias !

[/one-half]

  • 12
  • Nov
  • 2019

Les Français et le

Lucile

« Deux tiers des Français reprendraient des études dans le numérique s’ils avaient de nouveau 18 ans »

 

Une étude s’est penchée sur le rapport qu’entretiennent les Français avec le numérique. 1 000 personnes de 18 à 65 ans ont été sondées (ils font partie de 15 000 personnes actives interrogées et venant de 34 pays différents).

 

Plus de la moitié des Français interrogés affirment qu’ils choisiraient de s’orienter vers une filière dans le domaine des STEM (Sciences Technologie Ingénierie, Mathématiques) s’ils étaient de nouveau au lycée. Et de manière plus précise, 64% disent qu’ils se dirigeraient vers un secteur en rapport avec le digital.

 

La digitalisation croissante peut faire peur aux travailleurs, craignant que leur emploi ne soit bientôt supprimé pour être remplacé par un robot. C’est ce que pensent 29% des Français sondés (en comparaison, 76% des Indiens interrogés pensent que leur emploi n’existera plus dans 5 à 10 ans !).

Cette vision pessimiste de l’avancée technologique est contre-balancée par le fait que les Français se disent plutôt confiants face à cette « uberisation » de nos sociétés : ils sont 69% à penser qu’ils pourront tout à fait gérer la digitalisation de leur travail dans les années à venir.

  [/one-half]
  • 08
  • Nov
  • 2019

Les séniors face aux

Lucile

Au premier trimestre 2019 est sortie une étude tout à fait intéressante sur l’usage des écrans par les américains.

L’écran qui est le plus regardé aujourd’hui n’est pas l’écran du téléphone comme on pourrait le croire, mais c’est bel et bien la télévision, qui reste toujours en tête malgré une baisse du temps passé quotidiennement à la regarder : 4h37 par jour (quand même !).

Au total, les américains passent presque 12h par jour sur les médias ! 2h sur le téléphone portable, 1h42 sur la radio, 50 minutes sur la tablette, 5h46 devant des vidéos sur le web… Ces chiffres font tourner la tête.

La donnée la plus surprenante de cette étude n’est pas que la moitié de la journée soit passée à être en contact avec un écran, mais plutôt l’âge des personnes concernées.

Il est démontré que les personnes âgées de plus de 50 ans passent 3h de plus chaque jour à être connectés à un ou plusieurs médias que les 18-34 ans. Evidemment, on ne parle pas ici des mêmes écrans : quand les séniors privilégient encore et toujours la télévision (plus de 7h par jour), les millenials ne s’y intéressent qu’à peine plus de 2h dans leur journée.

[/one-half]
  • 05
  • Nov
  • 2019

Sur Google, une recherche sur...

Lucile

C’est arrivé, ça y est : en juin 2019, on a passé la barre des 50% de recherches Google qui ne sont suivies d’aucun clic dans les pages de résultats.

La tendance dite « Zéro Clic » n’est pas nouvelle, cela fait longtemps que les informations fournies par Google suffisent aux internautes. Par exemple, vous recherchez le nom de cet acteur génial qui est la star du nouveau film à la mode : vous tapez le nom du film en question dans Google. Et Google vous donne toutes les infos qu’il vous faut pour répondre à vos interrogations. Nul besoin d’aller cliquer sur la page officielle du film ni sur sa page dans Wikipédia !

En juin 2019, pour la toute première fois dans l’histoire de Google, plus d’une recherche sur deux n’a généré aucun clic : 50,3% de non-clic45,3% de clic sur un résultat naturel4,4% de clic sur une publicité.

Cette tendance du « Zéro Clic » est encore plus présente sur mobile : 62% des recherches Google n’ont abouti à aucun clic, la lecture seule des résultats délivrés par Google suffit aux mobinautes.

Mais quel est l’impact de ces « non clics » sur les professionnels du web ?

Faut-ils qu’ils interdisent à Google de délivrer leurs contenus dans ses pages de résultats ? Mais ce faisant, ils laisseraient le champ libre à leurs concurrents qui eux apparaîtraient dans les résultats enrichis du moteur de recherche.

Faut-il qu’ils ciblent en priorité les internautes à la recherche de contenus exhaustifs, d’explications précises et de connaissances poussées ?

Avec Google qui devient de plus en plus un el dorado d’informations, les rédacteurs web ont du soucis à se faire…

[/one-half]
  • 02
  • Nov
  • 2019

Facebook est-il has been

Lucile

Facebook est en baisse, on le sait, ce n’est pas nouveau. Mais la chute est très relative. Au milieu d’année 2019, il y avait toujours 28 millions de Français qui avaient un compte sur Facebook.

Quand on parle de perte de vitesse de Facebook, il faut préciser que le réseau social attire de moins en moins certes, mais pas toutes les catégories de Français.

En France en 2019, les 12-17 ans ont été 9,3% de moins que l’année précédente. Ils désertent le réseau social de Mark Zuckerberg, qu’ils jugent trop « vieux ». C’est tout à fait logique, quand on voit que les seniors sont de plus en plus présents sur Facebook (+ 2,1% chez les 65 ans et plus !).

La population la plus connectée reste évidemment les adolescents mais Facebook n’est pas prêt de rendre sa couronne, surtout quand on sait que le géant des réseaux sociaux possède Messenger, Instagram et WhatsApp.

[/one-half]
  • 30
  • Oct
  • 2019

Les utilisations du smartphone en...

Lucile

Les réseaux sociaux restent encore et toujours les applications les plus utilisées sur smartphone. Ce sont également les applications les plus téléchargées par les mobinautes.

Malgré ce que l’on entend, Facebook reste le numéro 1 : chez les 20-29 ans, 58% des utilisateurs de smartphone ont l’application Facebook, chez les 30-39 ans ils sont 53% et il y a tout de même 29% des plus de 60 ans qui ont installé Facebook dans leur téléphone.

Mais les réseaux sociaux ne servent plus seulement à partager des photos avec des amis, de plus en plus d’utilisateurs s’en servent aussi de manière pro-active et commerciale, notamment pour contacter les marques (37% des 20-40 ans).

Payer en ligne sur son smartphone OUI,

payer pour obtenir une application NON

Presque 70% des personnes interrogées affirment qu’elles refusent de payer pour télécharger une application sur leur mobile.

En revanche, celles-ci achètent volontiers des articles ou des repas grâce à leur téléphone : que ce soit via une application de marque, un service de livraison de repas à domicile ou des paiements sans contact. 65% des mobinautes avouent acheter des produits/services avec leur téléphone avec un paiement par carte bancaire.

L’ordinateur classique : le survivant

On le sait : les internautes sont plus présents sur smartphone que sur ordinateur aujourd’hui. Mais cela ne veut pas dire qu’il faut jeter tout ce qui est relatif au desktop ! Bien au contraire, 93% des internautes utilisent un ordinateur dans leur vie privée et 94% l’utilisent quotidiennement dans le cadre professionnel.

[/one-half]
  • 27
  • Août
  • 2019

polémique

Arnaud
  La Communication à propos de l’appellation “champagne” continue de faire couleur beaucoup d’encre et d’activer les claviers. Très bon article de Sophie Claeys qui conclut … “je ne suis pas dans la cible” !  
Pizza, hamburger et radis, la nouvelle communication des Vignerons de Champagne (SGV)
  Et vous qu’en pensez-vous ?   Pour notre part nous pensons qu’une communication décalée ne fait malheureusement pas tout pour s’adresser aux “jeunes” (les jeunes n’auraient-ils aucun goût esthétiques ?).   Les photos sont plutôt dévalorisantes pour le produit (ce qui semble être une volonté en lien avec le concept : “Démocratiser” l’instant champagne ce qui ne veut pas dire le “vulgariser”). Bref, nous non plus nous ne sommes pas non plus dans la cible apparemment 😀
  • 07
  • Août
  • 2019

voisin de

Arnaud

Vous venez de recevoir un sms d’un inconnu…

Pas de panique ! Regardez bien il se peut que le numéro de téléphone de l’expéditeur soit quasiment le même que le vôtre. Vous venez de recevoir un message de votre #voisindetelephone. C’est l’activité de cet été et cela nous vient évidement des USA, #numberneighbor. Sur Twitter les internautes publient leurs expériences heureuses ou malheureuses avec leur Voisin de téléphone ou #voisindenumero. Parfois le contact non sollicité est très mal pris et cela se termine mal (comme on sait le faire dans le monde digital, insultes etc..) mais parfois de vraies amitiés se créént. Quel est l’intérêt de cet énième “challenge” ? A priori aucun, si ce n’est que le digital peut (parfois mais c’est rare) contribuer à créer du lien social. A n’en pas douter ce hashtag ne passera pas l’été. En attendant dîtes nous si vous avez eu des nouvelles de votre #voisindetelephone
  • 26
  • Juil
  • 2019

Tableau périodique

Arnaud

    Créé par en 2016 par l’excellent searchengineland.com, ce tableau présente à la manière du tableau périodique des éléments, également appelé table de Mendeleïev que nous avons tous connu (avec plus ou moins de bonheur) lorsque nous étions en classe de chimie. Une mise à jour a été proposée en 2019 que nous nous sommes permis de traduire en Français. Nouveauté ce tableau est classé en 6 parties qui représentent les facteurs déterminants d’un bon référencement SEO
  • Contenu :  qualité, mots-clés ciblés, et formats variés (images, vidéos etc.) ;
  • Architecture :optimisation mobile, la vitesse du site, souçi du Crawl*
  • HTML : Les titres, méta-descriptions…
  • Niveau de confiance : Vous êtes une autorité dans votre domaine ?
  • Liens : liens de qualité, backlinks …
  • Uilisateurs : La fameuse expérience utilisateur.
Nouveauté: Search Engine Land liste aussi les éléments “toxiques” à un bon référencement. Pour vous procurer la version originale en anglais cliquez ici :  https://searchengineland.com/seotable   Bonne lecture !   *Le Crawl, désigne tout simplement l’exploration d’un site web par le robot d’un moteur de recherche, en cliquant sur les liens proposés, afin de découvrir toutes les pages du site au travers d’une navigation naturelle (wikipédia)
  • 18
  • Juil
  • 2019

smileys, émojis et

Arnaud

17 juillet, journée mondiale des émojis !

Je suis d’accord avec vous, il y a maintenant des journées pour tout et n’importe quoi… Toutefois lorsque l’on sait que ce sont plus de 6 MILLIARDS d’émojis qui sont envoyés chaque jour, on perçoit mieux l’intérêt d’une telle journée et des enjeux sous-jacents. C’est en effet à cette occasion que APPLE a dévoilé sa nouvelle série d’emojis qui prend en compte les personnes en situation de handicap ou encore les couples homos et inter-ethniques. Les émojis contribuent à “normer” les représentation et il est donc louable que APPLE prenne en compte la diversité de l’humanité. Toutefois n’oubliez pas que les émojis constituent le niveau 1 de la communication. Si ce langage a l’avantage d’être universel, il reste tout de même très basique et ne pourra jamais rendre compte de la richesse et de la diversité des sentiments et émotions qui animent l’humanité toute entière. Continuez donc de communiquer avec vos outils de communication, que ce soient des mots, des émotions, des dessins, des photos…  

Petite histoire des émojis, émoticones et Kaomojis

Profitons enfin de cette journée mondiale des émojis pour faire un petit historique afin que plus jamais vous ne confondiez émojis, smileys et emoticones et ne parlons même pas des komojis !  

Les émoticones

Premiers arrivés, les émoticônes sont une représentation des expressions faciales faite à partir de caractères. Tout le monde a déjà écris 😉 ce sont qui donne une fois traduit :  🙂. Les émoticones auraient été inventés en 1982 par Scott Fahlamn chercheur en informatique à l’université de Carnegie Mellon à Pittsburg en Pennsylvanie (USA). Le mot vient d’une contraction de ” emotion” et ” icon ” et avez pour ambition de communiquer de manière rapide des contenus légers. Attention il ne faut pas confondre les émoticones avec le célèbre SMILEY, né dans les années 70 pour illustrer des articles de consommations courantes (boutons, mugs etc…)  

Les emojis

Les emojis ont vus le jour en 1999 sous l’impulsion de l’opérateur téléphonique japonais NTT DoCoMo. En 1999 la vitesse des réseaux n’était par la même qu’aujourd’hui  et les abonnés envoyaient de plus en plus de messages photos ce qui avait pour effet de saturer la bande passante. Afin de résoudre le problème DoCoMo a l’idée d’inventer l’emoji. Celui-ci permet de transformer un émoticône en image et donc de consommer moins de datas et moins de caractères par message.
La culture japonaise utilisant beaucoup la représentation graphique pour symboliser des émotions a certainement permis et favorisé cette invention utilisée maintenant au niveau planétaire.
Depuis 2010, les emojis font partie du langage Unicode Standard, et ont connu un développement fulgurant, notamment grâce à Apple. Il y a 972 caractères Emoji disponibles dans le langage Unicode 7.0. Une mise à jour vers Unicode 8.0 devrait être faite cette année et permettre notamment l’utilisation d’emojis de différents types ethniques.

Les Kaomojis



Les Kaomojis sont la version japonaise des émoticônes. Ils utilisent les caractères et la ponctuation présents sur les claviers japonais. Nous pouvons remarquer que les émoticones occidentaux mettent en avant les expressions de la bouche tandis que les Kaomojis sont eux plus portés sur les yeux. Enfin, gros avantage, ils se lisent de façon horizontale, contrairement aux emoticones. Voici quelques Kaomojis qui expriment : la joie (◕‿◕) (o˘◡˘o), l’amour (─‿‿─)♡ , la colère (◣_◢), ou la peur {{ (>_<) }} Maintenant c’est à vous de jouer, inventez vos propres symboles de communication et partagez les avec la planète entière ! [/one-half]
  • 19
  • Juin
  • 2019

RGPD, attention aux

Arnaud
La CNIL (Commission Nationale Informatique et Libertés) vient de sanctionner d’une amende de 400 000 euros, une agence immobilière, la SERGIC, pour “atteinte à la sécurité des données et non-respect des durées de conservation”. Nous vous en parlons depuis sa mise en place en mai 2018 (voir notre article ici), la  loi RGPD (Règlement Général de Protection des Données) instaure un certain nombre de contraintes liées à la captation, l’utilisation et la conservation des données informatiques. C’est la première fois qu’une amende de cette importance est donnée à une PME. Rappelons que les sanctions peuvent être très lourdes : ” le montant des sanctions pécuniaires peut s’élever jusqu’à 20 millions d’euros ou dans le cas d’une entreprise jusqu’à 4 % du chiffre d’affaires annuel mondial.” source :  www.cnil.fr

Manquement à l’obligation de préserver la sécurité des données personnelles

La SERGIC, agence immobilière, a été lourdement sanctionnée (400 000 euros d’amende) suite au signalement par un utilisateur de son site. En effet sur le site de cette agence immobilière il est possible d’uploader des pièces justificatives pour constituer un dossier. Or, en changeant l’URL cet utilisateur s’est aperçu que les données des internautes étaient accessibles à tous : avis d’imposition, carte vitale, relevés de carte bancaire etc… Bref, tout ce que vous pouvez uploader sur un site d’agence immobilière pour constituer un dossier et donc des éléments souvent très personnels et sensibles. La CNIL a considéré que, malgré ses rappels à la loi, la société n’avait pas mis en place les correctifs nécessaires et “manqué à son obligation de préserver la sécurité des données personnelles des utilisateurs de son site, prévue par l’article 32 du RGPD”.

Manquement sur la conservation des données

Enfin deuxième point, la CNIL a considéré que la conservation de certaines données par la SERGIC était illégale. Concrètement, les données des candidats n’ayant pas été retenus pour une location étaient conservées dans une base de données active et non détruites. Rappelons que  “la durée de conservation des données personnelles doit de fait être déterminée en fonction de la finalité du traitement”

Google épinglé aussi

Google avait déjà été épinglé par la CNIL  fin janvier 2019 avec une amende de 50 Millions d’Euros.

Vous en êtes où avec le RGPD ?

Avec cette nouvelle affaire, touchant cette fois une PME, c’est un exemple concret qui nous incite encore une fois à vous alerter sur le respect obligatoire d’un certain nombre de points. Nous pouvons vous accompagner sur la mise en œuvre de ces procédure,  contactez- nous : 03 26 47 09 34 ou en cliquant ici [/one-half]
  • 09
  • Juin
  • 2019

Oser

Arnaud

Réduire l’impact du digital  sur l’environnement : Oser l’éco-communication !

Soyez éco-responsables, Oser l’éco-communication

Emissions de gaz à effet de serres, pollution, gaspillage énergétique… On pourrait penser que le « digital » échappe à ces tares de notre société contemporaine. Il n’en est rien bien au contraire !

L’impact du digital (site web, data center, et les terminaux associés, smartphones et ordinateurs etc…) prend une part de plus en plus importante dans le désastre écologique que nous vivons.

D’après les études, le digital produit près de 4 % des gaz à effet de serre, soit autant que l’aviation.

En 2025, il pourrait atteindre les 8%, soit le niveau de l’industrie automobile.

Communicants et décideurs, nous pouvons inverser la tendance

L’enjeu est donc énorme. Nous sommes tous et toutes concernées par l’avenir de la planète en tant que citoyens et nous pouvons en tant que citoyens numériques agir chaque jour. Mieux, en tant que communicants et décideurs (chargés de communication de marketing, directeurs de communication…) nous pouvons aussi peser pour inverser la tendance.

Il est donc urgent de nous poser la question :

Comment créer un site web éco-responsable ?

Tout d’abord il faut comprendre d’où vient le problème.

Depuis l’explosion de l’utilisation du web, les besoins en ressources mémoires, en réseau et en énergie ont explosé.

Les Data-Centers se sont multipliés et sont très gourmands en énergie, notamment pour le refroidissement de ceux-ci lors des pics de demandes de données. Les réseaux mobiles, routeurs, smartphones, ordinateurs  et les objets connectés sont aussi extrêmement gourmands en énergie et en mémoire.

Pour fabriquer ces derniers des matériaux issus de ce que l’on appelle les « terres rares » sont nécessaires.

Leur extraction est extrêmement polluante et donne lieu bien souvent à des problèmes sociaux (déplacements de population par exemple mais c’est un autre problème). La course à l’exploitation de terres rares est devenu l’un des enjeux géostratégiques du XXI è siècle et comme pour les énergies fossiles pourrait créer, à terme, les conditions de conflits armés…

Qu’est ce que l’éco-communication ?

Déjà, il nous parait important de ne pas entretenir la course effrénée au remplacement de matériel et stopper la course à la consommation d’électronique.

Pourquoi créer des outils de communication qui ne peuvent être lus que par les dernières générations de smartphones par exemple ? Certes, les fabricants nous obligent à utiliser les dernières technologies sous peine de ne pas être correctement référencés mais il est possible de penser des outils qui soient simples (sans être simplistes) afin d’être utilisables sur tous types de matériels.

Bien entendu, utiliser du matériel recyclé est aussi une très bonne idée et permet de créer un marché de l’occasion souvent pourvoyeur d’emplois locaux et sociaux.

Créer des sites web optimisés

Un site web lorsqu’on le consulte fait appel à des données stockées dans des data-centers qui peuvent être n’importe où sur la planète.

Plus le site est ergonomique et optimisé (le poids des images par exemple) moins le data center va être sollicité (ainsi que votre terminal) ce qui est un gain d’énergie considérable. Les sites web correctement pensés et optimisés sont aussi mieux référencer par google !  Vous avez donc tout intérêt à explorer cette voie.

Cela nécessite d’accorder beaucoup de soin au code html utilisé ainsi qu’à l’arborescence et à l’ergonomie du site.

Communiquer éco-responsable pour être plus efficaces

Pour conclure un site réalisé dans le cadre d’une démarche d’éco-communication est un site beaucoup plus performant.

Plus rapide à charger, plus efficace pour l’internaute et donc meilleur pour votre image.

Communiquer en réfléchissant à notre impact environnemental, c’est l’un des principes de l’éco-communication dont nous sommes d’ardents promoteurs et défenseurs.

Vous souhaitez vous aussi vous orienter dans cette voie, appelez nous pour en discuter, nous examinerons ensemble vos besoins pour vous proposer les meilleures solutions : 03 26 47 09 34 ou laissez nous un message en cliquant ici

  • 08
  • Juin
  • 2019

SMS promotionnels : l’avenir

Arnaud
 

L’utilisation des SMS commerciaux est en pleine expansion.

On aurait pourtant pu croire qu’après 27 ans d’existence et l’avènement des réseaux sociaux et des messageries instantanées, ce moyen de communication serait délaissé par les communicants. C’est en fait tout le contraire : ils n’ont jamais autant été utilisés ! En 2018, la barre des 5 milliards de SMS promotionnels envoyés a été franchie pour la première fois, en atteignant le chiffre de 5,5 milliards, soit une hausse de 24% par rapport à l’année 2017.

Une alternative aux mails et réseaux sociaux ?

A l’heure où les gens ne prennent plus la peine de lire un mail en entier (quand celui-ci n’atterrit pas directement dans les spams) et où il est devenu de plus en plus difficile d’atteindre les personnes sur les réseaux sociaux, le SMS est aujourd’hui un outil de communication incontournable.

Si l’usage des SMS commerciaux est en pleine croissance en France, d’autres pays l’ont déjà bien adopté dans leurs pratiques de communication. Ainsi, si un Français reçoit environ 5,6 SMS promotionnels par mois en 2018, ce chiffre est de 9,4 pour un Suédois, et un Anglais peut en recevoir jusqu’à 12,4 !

Contactez-nous pour mettre en œuvre votre prochaine campagne de SMS ! 03 26 47 09 34
  • 10
  • Mai
  • 2019

Une messagerie instantanée sur votre...

Arnaud
Votre site web est votre premier agent commercial. Vos clients viennent y chercher de l’info sur votre société et regarder les produits que vous proposez… Il se doit donc d’être particulièrement efficace et bien organisé. Même si c’est le cas vos clients potentiels ont surement des questions à vous poser ou des précisions à vous demander : Avez-vous pensé à installer sur votre site web un logiciel de messagerie instantanée ?   Les visiteurs de votre site pourront ainsi vous poser des questions en direct comme sur un “chat” messenger ou whatsapp.   Mieux, vous pouvez aussi envisager d’installer un “chat bot” (un robot dispo 24/24 et 7/7) qui répondra à vos clients en utilisant la puissance de l’intelligence artificielle.   Vous voulez en savoir plus, appelez nous … ou testez notre système de chat online sur notre site web ! [/one-half]
  • 24
  • Avr
  • 2019

Festival sous le

Arnaud
[A noter sur vos agendas] Le festival sous le manguier aura lieu à  Mardeuil, Champagne-Ardenne, France les 27 et 28 avril. Organisé par l’  Association Singuila qui vient en aide aux orphelins de Centrafrique, ce festival est l’occasion de découvrir l’art et la culture de Centrafrique. Nous sommes très heureux d’avoir contribué bénévolement à ce festival en réalisant l’affiche (visuel  Didier Kassaï) [/one-half]
  • 19
  • Avr
  • 2019

Communication digitale : ne mettez...

Arnaud

Ne mettez pas tous vos œufs dans le même panier !

On nous demande souvent si communiquer sur les réseaux sociaux est suffisant.

Il est évident que les Réseaux sociaux disposent d’une force de frappe qui, si elle est bien utilisée, peut s’avérer redoutable.

Le coût de la communication sur les Réseaux Sociaux, quasi gratuit, est lui aussi très attractif. N’oubliez toutefois pas que le temps passé à l’animation des réseaux sociaux représente tout de même une charge pour votre entreprise et que la solution « stagiaire » trouve vite ses limites.

Toutefois la communication sur les réseaux sociaux souffre de plusieurs handicaps.

• Tout d’abord la portée des publications sur Facebook est de plus en plus faible (multiplication des pages, lassitude des internautes etc..). Instagram semble échapper à la tendance mais pour combien de temps ?

Twitter se replie sur la niche de la communication « officielle » et voit sa communauté réduire…

• Enfin quand vous êtes sur les réseaux sociaux VOUS N’ETES PAS CHEZ VOUS !

Cela peut paraitre anodin mais vous êtes finalement à la merci du réseau social que vous utilisez.

La gratuité est de moins en moins de mise (utilisation de publicité de plus en plus obligatoire), les changements d’algorithmes sont permanents et surtout l’épée de Damoclès de la suspension de compte (pour X raisons… non respect des CGU du réseau social, plainte d’un internaute etc…) vous guette.

Le journal L’UNION en a fait les frais mi avril 2019 (voir image ci-dessous)

Le compte de l’union suspendu sur facebook

En tant qu’agence conseil spécialisée dans la communication digitale nous pensons donc qu’il faut panacher les outils de communication online mais surtout développer vos propres vecteurs.

Un site web reste à notre sens indispensable dans le dispositif de communication d’une entreprise. Au service d’une stratégie de communication pensée par vos équipes en lien avec une agence, un site web reste l’outil le plus sur pour vos prises de paroles digitales.

Donc notre conseil :

Ne mettez pas tous vos œufs dans le même panier !

et Joyeuses Pâques !

[/one-half]
  • 02
  • Avr
  • 2019

#Smombies : attention danger

Arnaud
  L’avènement des smartphones a fait apparaître un nouveau phénomène dans nos rues : les « smombies ». Ce mot-valise constitué des mots « smartphone » et « zombie », désigne ces piétons tellement fixés à leur téléphone qu’ils ne font plus du tout attention à leur environnement.   Un comportement qui pose de nombreux problèmes, notamment en termes de sécurité routière. En effet, nombreux sont ceux qui traversent la route sans décrocher de leur smartphone, ce qui est extrêmement dangereux. L’année dernière, en France, 475 personnes ont été tuées à cause de ce manque de vigilance.   Pour prévenir les accidents, certaines villes à travers le monde ont décidé la mise en place de nouvelles signalisations au sol, afin que celles-ci soient visibles par ces « smombies ». Tel-Aviv a opté pour des bande lumineuses passant du rouge au vert en synchronisation avec les feux piétons. A Séoul, on a, en complément des bandes lumineuses, installé des radars pour détecter les véhicules en approche. Si une personne est en train de traverser, un message d’alerte est alors projeté au sol, et une notification est envoyée sur le smartphone de celle-ci via une application dédiée.   Ailleurs, on ne prévient pas, on sanctionne ! A Honolulu, regarder votre téléphone en traversant la route vous coûtera 35 dollars (soit environ 30 euro). Une amende qui, en cas de récidive, passe à 85 euro ! [/one-half]
  • 20
  • Mar
  • 2019

Nouveau : le badge SUPER...

Arnaud
 Depuis quelques semaines, les badges super Fans fleurissent dans les commentaires Facebook. Cette nouvelle fonctionnalité, qui était déjà annoncé en juillet 2018 mais qui n’a été lancé qu’en février dernier, permet aux pages de récompenser leurs fans les plus actifs, c’est-à-dire qui regardent souvent leurs vidéos, qui ajoute des mentions « J’aime », commentent ou partagent leurs publications. C’est ensuite à l’administrateur de la page de choisir qui recevra un badge parmi les personnes admissibles. Ces personnes pourront ensuite choisir si elles le souhaitent d’activer leur badge, pour le voir ainsi s’afficher à côté de leur nom dans tous les commentaires qu’ils laisseront sur les publications et figurer publiquement dans la liste des super fans de la Page. Néanmoins, toutes les pages n’ont pas accès à ce nouvel outil ! Il faudra en effet remplir quatre critères pour pouvoir y prétendre. Il faut ainsi compter plus de 10 000 followers, avoir au moins 28 jours d’ancienneté, basculer sur le modèle vidéo pour les Pages. Si toutefois vous avez la possibilité de distribuer des badges super fan mais ne souhaitez pas utiliser cette fonctionnalité, il vous est toujours possible de désactiver les badges dans les paramètres de votre Page. [/one-half]
  • 14
  • Mar
  • 2019

Pourquoi Facebook et Instagram était...

Arnaud
Depuis hier, de nombreux utilisateurs de Facebook dans le monde rencontrent des problèmes avec le réseaux social, ainsi qu’avec ses applications sœurs : Instagram, Messenger et WhatsApp. La plupart d’entre eux ne peuvent simplement pas poster de photos ou de vidéos, mais beaucoup sont dans l’impossibilité de se connecter à leur compte.   De nombreux utilisateurs de Facebook se sont ainsi tournés vers Twitter. #FacebookDown est ainsi devenu un des hashtags les plus populaires de la plateforme, comptabilisant 21 000 tweets en un peu plus de deux heures. Facebook lui-même a du utiliser le réseau concurrent pour rendre compte de sa situation.On ne connait pas encore l’origine exacte de cette panne, Facebook ayant simplement annoncé dans un de ses tweets qu’il ne s’agissait pas d’une attaque par déni de service (aussi appelé « DDoS »), qui consiste à noyer les serveurs d’un site sous un nombre considérable de demandes de jusqu’à empêcher celui-ci de fonctionner.   Facebook avait déjà du faire face à deux pannes ces derniers mois. La première avait eu lieu en septembre et était dû à des problèmes de réseaux, et la seconde, en novembre, était dû à un problème de serveur.[/one-half]

Actualités plus anciennes