Snapchat à la dérive ?

Consulter toutes les actualités

Nous avons tous entendu parler de Snapchat, ce réseau social majoritairement utilisé par les 15-25 ans. Son concept est simple et il a pourtant révolutionné le genre à sa sortie en 2011 : la possibilité d’envoyer des photos et vidéos qui s’autodétruisent au bout de 10 secondes.

Malheureusement, depuis quelques mois, l’application créée par Evan Spiegel annoncent de mauvais résultats financiers. Il a souvent été copié par ses concurrents (notamment Instagram), mais surtout il n’a jamais su monétiser ses innovations.

En 2018, peut-on dire que Snapchat est en péril ?

 

Sur l’année 2017, le réseau social cumule une perte nette de 3,4 milliards de dollars (environ 2,8 milliards d’euros). Le jeune PDG de 28 ans espérait redresser l’entreprise cette année, mais les résultats du premier trimestre 2018 font encore grise mine.

Pourtant, le chiffre d’affaires de l’année 2017 s’élevait à 230,7 millions de dollars et il surpassait celui de 2016 (149,6 millions). Aujourd’hui, chaque utilisateur ne rapporte plus que 1,21 dollar de recettes contre 1,53 au dernier trimestre 2017. Pire encore, Snap Inc. Annonce qu’elle va licencier plus de 120 employés, principalement des ingénieurs.

7 ans après son lancement, le futur est très incertain pour Snapchat.

 

C’est dommage, car il était promis à un bel avenir, certains le qualifiaient même de « réseau social de demain ». D’ailleurs, dès son lancement, l’application connaît un succès fou auprès des jeunes américains, puis dans le monde entier. Voyant cette popularité croître, Google et Facebook proposent à Evan Spiegel entre 3 et 4 milliards de dollars pour racheter sa création. Mais le jeune PDG refuse catégoriquement.

Snapchat fait ensuite face à ses premiers échecs commerciaux. Les dirigeants estiment qu’il est temps de se diversifier et ils tentent donc des gros coups commerciaux.

 

En janvier 2015, Snapchat lance « Discover », une partie de l’application réservée aux éditeurs et aux médias. L’objectif était d’offrir une expérience plus riche aux utilisateurs mais surtout de promettre aux marques et médias de toucher les 15-25 ans. Le réseau social intègre également des publicités entre ses contenus.

Résultat : Discover n’est pas un franc succès et n’attire « que » 38 millions d’utilisateurs.

En juin 2017 : Snapchat lance ses lunettes de soleil connectées, nommées « Spectacles ». Elles permettent de partager sur l’application ce que l’utilisateur voit de ses propres yeux. Ce fut un pari risqué compte tenu de l’échec cuisant qu’avaient connu les Google Glasses, le prototype made in Google, vendues à seulement 150 000 exemplaires. Encore une fois, Snapchat est en échec, et les résultats financiers en pâtissent.

Mais le plus grand drame de l’application, c’est de s’être fait lourdement copier par ses concurrents. En effet, on retrouve maintenant la notion de « story » chez Instagram et Facebook. L’ironie est telle, qu’aujourd’hui, le rapport s’est totalement inversé : les stories d’Instagram prolifèrent et Snapchat est complètement délaissé.

 

En février 2018, Evan Spiegel annonce des changements importants, et notamment une toute nouvelle version. L’espace « Discover », sur lequel on ne retrouvait autrefois que des médias, intègre désormais les stories des utilisateurs les plus influents. Le but est simple : attirer de nouveaux annonceurs et utilisateurs.

Dès la publication de la mise à jour, une pétition réunissant 1,2 million de signatures réclame le retour de l’ancienne version : c’est une catastrophe. La note de Snapchat sur l’AppStore dégringole jusqu’à 1,8 sur 5, et les utilisateurs estiment que le réseau social se moque d’eux. Le coup fatal qui achèvera cette nouvelle mise à jour viendra d’une personne inattendue. Kylie Jenner, la jeune soeur de Kim Kardashian, influenceuse aux 24 millions d’abonnés a fait chuté le cours en Bourse de 6 % lorsqu’elle a écrit sur Twitter: « Est-ce que vous aussi vous n’ouvrez plus Snapchat ? Ou c’est juste moi… C’est trop triste. »

Snapchat doit donc se réveiller, et vite.

 

Bien sûr, Snapchat reste l’une des applications les plus utilisées par les 15-25 ans (71 % des utilisateurs ont moins de 25 ans) et son PDG a pour projet de lancer une nouvelle version de ses lunettes Spectacles en 2019, avec l’espoir de connaître un succès commercial qui lui permette enfin de dégager des bénéfices.

Mais va-t-il vraiment parvenir a garder la tête hors de l’eau ? Snapchat ne serait-il pas en fin de vie ?

Agence Pulsi communication web Snapchat dérive